WebTV

Mieux accompagner les éleveurs pour une mise en place durable du TST chez la vache laitière


Mieux accompagner les éleveurs pour une mise en place durable du TST chez la vache laitière

Une démarche élaborée par un binôme d’étudiant.e.s d’ONIRIS et de l’Institut Agro – école interne Agrocampus Ouest Rennes


Les infections intra-mammaires ou mammites constituent la première maladie en élevage bovin laitier avec pour conséquence un impact économique non négligeable en termes de pertes de production, de dévalorisation du lait et de coûts induits pour leur gestion mais aussi un risque accru de développement d’antibiorésistances liés à un usage excessif d'antibiotiques.

Aujourd’hui, seules 4 vaches sur 10 présentent au moins un quartier infecté et les concentrations cellulaires ont fortement chuté en comparaison de ceux observés dans les années 60. Six vaches sur 10 sont saines ! L’usage systématique des antibiotiques ne se justifie plus et le traitement sélectif au tarissement (TST) est à privilégier. Cependant, malgré les nombreux outils disponibles pour choisir un traitement, des freins à la mise en place du TST persistent.

Afin d’accélérer la transition vers le TST dans les coopératives, la chaire AEI, dans le cadre de son axe "Santé animale", a élaboré un outil d’accompagnement des éleveurs à la mise en place durable du TST, outil basé sur l’évaluation du niveau de risque de nouvelles infections et de non-guérison, au tarissement et pendant la période sèche. Cette étude a été réalisée par un binôme d’étudiant.e.s en master 2 productions animales à l’institut Agro (école interne Agrocampus-Ouest Rennes) et en thèse vétérinaire à Oniris.
La démarche suivie repose sur (1) une analyse de la bibliographie nationale et internationale, (2) la consultation d’un panel de 33 experts via des questionnaires en ligne et des ateliers d’échanges selon la méthode Delphi, (3) le test du prototype puis de la méthode d’accompagnement auprès de 4 éleveurs.

Sur la base de l’analyse bibliographique, des facteurs de risque de nouvelles infections et de non-guérisons ont été identifiés et hiérarchisés. Consultés de manière anonyme puis collégiale, les experts ont attribué des niveaux de risque pour chacun des facteurs de risque retenus et se sont accordés sur les traitements à mettre en place en fonction des situations sanitaires rencontrées. Ces éléments ont servi de base à la construction d’une démarche d’accompagnement des éleveurs à la mise en place du TST, reposant sur un ensemble de documents et de fiches techniques à destination de l’éleveur ou de son conseiller.

L’accompagnement de l’éleveur par son conseiller au fur et à mesure de la mise en place du TST est un élément clef de sa réussite et de sa pérennité sur le long terme. C’est pourquoi, la démarche proposée ne se limite pas à la seule mise à disposition d’un nouvel outil d’aide à la décision, mais repose sur une démarche globale d’accompagnement autant pédagogique que technique.

En savoir plus :
  • Dunoyer Marie-Anne, 2020. "Elaboration d'une démarche d'accompagnement des éleveurs pour la mise en place du traitement sélectif au tarissement s'appuyant sur la maîtrise des risques d'infection mammaire chez la vache laitière". Nantes : Oniris. Résumé
  • Levallois Pierre, 2020. "Conception d'une grille pour accompagner la mise en place du traitement sélectif au tarissement chez les vaches laitières, basé sur les facteurs de risque d'infection pendant la période sèche " Rennes : Institut Agro école interne Agrocampus Ouest Rennes. Résumé
  • Synthèse de l'étude
  • Conférence organisée dans le cadre du Space 2020
  • Article dans Réussir Lait

Cette étude a été réalisée par Marie-Anne Dunoyer et Pierre Levallois et encadrée par Nathalie Bareille et Vanessa Lollivier, enseignantes-chercheuses respectivement à ONIRIS et L’institut Agro – Agrocampus-Ouest Rennes avec la participation de Cyril Urlande, vétérinaire-conseil chez Eureden et Carole Toczé, vétérinaire chez Terrena.

Publié le 25/11/2020

Crédit photo : CC0 Pixabay


Le reste de l'actualité

Interface sol-plante : Rhizosphère, diversification des cultures et performance des cultures
Une thèse pour mieux comprendre le rôle de la rhizosphère et l'impact des pratiques agroécologiques sur son fonctionnement et la performance des cultures.
Projet SEGAE ou la conception d'un jeu sérieux pour apprendre l'agroécologie !
Lancé en 2017 dans le cadre du programme Erasmus+ avec le soutien financier de la Chaire AEI, ce projet européen arrive désormais à sa fin avec la mise en ligne du jeu sérieux SEGAE. Retour sur cette aventure collective, qui a réuni 24 enseignants et 240 étudiants de 4 pays différents !
Contact RSS
 Inscription Newsletter