WebTV

Régulation naturelle des ravageurs : les résultats d'une thèse co-financée par la Chaire AEI


Régulation naturelle des ravageurs : les résultats d

L'action des ennemis naturels sur les populations de ravageurs, appelée "régulation naturelle", est un levier potentiel pour lutter contre ces ravageurs en limitant l'utilisation des produits phytosanitaires. Peut-on intensifier cette régulation naturelle des insectes ravageurs des cultures légumières ? Tel est l'objet d'une thèse réalisée par Xavier Mesmin, soutenue en 2018, co-financée par la Chaire AEI et la Région Bretagne.


Le développement d'un agriculture moins dépendante des pesticides repose en partie sur la maximisation des services rendus naturellement par les écosystèmes. La régulation des insectes ravageurs par leurs prédateurs naturels est un exemple de ces services écosystémique.

L'objectif principal de la thèse réalisée par Xavier Mesmin était de quantifier ce service de régulation, en conditions expérimentales et en situation de production. L'étude a porté spécifiquement sur deux types de cultures, le brocoli et le navet, et sur l'action de deux insectes ravageurs qui les affectent : le puceron et la mouche du chou.

Après avoir étudié le cycle de vie de ces ravageurs et l'action de leurs ennemis naturels aux différents stades, une première étape de la thèse a permis, grâce à des expérimentations, de quantifier le nombre de ravageurs supprimés par leurs prédateurs naturels. Les prédateurs vivant à la surface du sol (prédateurs "épigées" : araignées, carabes, staphylins...) ont été particulièrement ciblés. L'impact de l'évolution des populations de ravageurs sur les pertes de récoltes a également été analysé.
Les résultats confirment que l'action des prédateurs permet effectivement de réduire les populations de mouche du chou et de puceron. Dans le cas de la mouche du chou, la réduction de la population est associée à une importante diminution des dommages causés sur les cultures. Le puceron, même présent en importante quantité, n'entraine aucune perte de production.

Un deuxième objectif de la thèse visait à identifier s'il était possible d'améliorer l'efficacité de l'action des prédateurs sur les ravageurs en faisant évoluer les pratiques agricoles. Le travail du sol pourrait par exemple avoir pour conséquence de détruire une partie des prédateurs en sortie d'hiver. L'effet du travail du sol sur la quantité de prédateurs présents et leur action de régulation sur la mouche du chou a donc été évalué. Il en résulte que ce travail du sol n'affecte ni l'émergence des prédateurs ni le service naturel de régulation des ravageurs qu'ils rendent. Des différences d'effet du travail du sol selon le type de prédateurs restent à expliquer.

Enfin, une dernière hypothèse visait à étudier si la seule action naturelle des prédateurs sur les ravageurs était suffisante pour atteindre les objectifs de production. Il en ressort que cette régulation naturelle n'est pas suffisante pour atteindre les objectifs de production pour le navet. Pour le brocoli, les objectifs semblent atteignables dans des conditions où les ennemis naturels sont abondants et diversifiés.

Téléchargez la synthèse de la thèse en 4 pages

Photo : Pixabay CC0 Creative Common


Le reste de l'actualité

Mieux quantifier le contrôle biologique : lancement du projet Quanticontrol
La Chaire AEI co-finance un nouveau projet visant à mieux comprendre et quantifier le service de contrôle biologique. A terme, ce projet vise à poser les bases d'un outil d'aide au pilotage du contrôle biologique pour les agriculteurs.
Traitement antibiotique sélectif au tarissement chez la vache laitière : enquête auprès des éleveurs
Des étudiant.e.s d'AGROCAMPUS OUEST ont réalisé une étude auprès d'une cinquantaine d'élevages bovins laitiers afin d'identifier les freins et motivations à l'adoption du traitement antibiotique sélectif au tarissement chez la vache laitière.
Serious game sur l'agroécologie : point d'étape pour le projet SEGAE
L'enseignement de l'agroécologie nécessite des outils adaptés pour faciliter l'enseignement de l'approche systémique, de la multidisciplinarité et de la gestion des transitions en agriculture. Dans le cadre d'un projet européen et avec le soutien de la Chaire AEI, 6 universités et écoles européennes s'associent pour concevoir un jeu éducatif en ligne à destination des étudiants et professionnels. Les 6 partenaires se réunissent à Gembloux (Belgique) du 8 au 10 octobre pour un point d'étape sur le projet.
3 projets étudiants lancés en septembre 2018 !
La rentrée s’annonce chargée pour la Chaire Agriculture Ecologiquement Intensive, avec le lancement de trois projets collectifs étudiants, autour des enjeux de l’accompagnement au changement de pratiques.
L’agroécologie à l’honneur au séminaire GENERATION AEI 2018
Plus de 40 personnes se sont réunies le 5 juillet 2018 dans les locaux d’Oniris à Nantes, à l’occasion de GENERATION AEI, le séminaire annuel de la Chaire Agriculture Ecologiquement Intensive (Chaire AEI). L’occasion de découvrir les travaux menés dans le cadre de la Chaire et d’échanger autour des enjeux de l’agroécologie.
Publications
Les publications des projets de recherche soutenus par la chaire AEI sont disponibles sur le site web de la chaire AEI.
  • Mieux quantifier le contrôle biologique : lancement du projet Quanticontrol
    La Chaire AEI co-finance un nouveau projet visant à mieux comprendre et quantifier le service de contrôle biologique. A terme, ce projet vise à poser les bases d'un outil d'aide au pilotage du contrôle biologique pour les agriculteurs.
  • Traitement antibiotique sélectif au tarissement chez la vache laitière : enquête auprès des éleveurs
    Des étudiant.e.s d'AGROCAMPUS OUEST ont réalisé une étude auprès d'une cinquantaine d'élevages bovins laitiers afin d'identifier les freins et motivations à l'adoption du traitement antibiotique sélectif au tarissement chez la vache laitière.
  • Régulation naturelle des ravageurs : les résultats d'une thèse co-financée par la Chaire AEI
    L'action des ennemis naturels sur les populations de ravageurs, appelée "régulation naturelle", est un levier potentiel pour lutter contre ces ravageurs en limitant l'utilisation des produits phytosanitaires. Peut-on intensifier cette régulation naturelle des insectes ravageurs des cultures légumières ? Tel est l'objet d'une thèse réalisée par Xavier Mesmin, soutenue en 2018, co-financée par la Chaire AEI et la Région Bretagne.
  • Serious game sur l'agroécologie : point d'étape pour le projet SEGAE
    L'enseignement de l'agroécologie nécessite des outils adaptés pour faciliter l'enseignement de l'approche systémique, de la multidisciplinarité et de la gestion des transitions en agriculture. Dans le cadre d'un projet européen et avec le soutien de la Chaire AEI, 6 universités et écoles européennes s'associent pour concevoir un jeu éducatif en ligne à destination des étudiants et professionnels. Les 6 partenaires se réunissent à Gembloux (Belgique) du 8 au 10 octobre pour un point d'étape sur le projet.
  • 3 projets étudiants lancés en septembre 2018 !
    La rentrée s’annonce chargée pour la Chaire Agriculture Ecologiquement Intensive, avec le lancement de trois projets collectifs étudiants, autour des enjeux de l’accompagnement au changement de pratiques.
Contact RSS
 Inscription Newsletter